Les articles...

Image-Texte-Web

Un Web efficace et rentable pour vous

Jimmy Lavoie
Par : Jimmy Lavoie, le 14 juin 2013

Au début 2013, nous avons assisté à la 3e édition du WAQ (Web à Québec) où plusieurs conférenciers canadiens et étrangers étaient au rendez-vous. En tout, 500 participants sont venus écouter des conférences ou assister à des cours de formation sur le savoir technologique du développement Web et de l’analyse, les réseaux sociaux, la mobilité et les affaires. Cet article met en lumière certains points pertinents qui ont attiré notre attention.

Le « Flat Design »

L’arrivée massive des appareils mobiles a dessiné une toute nouvelle tendance graphique spécialement adaptée à l’espace disponible sur ces interfaces Web. Cette caractéristique physique a, en quelque sorte, révolutionné la manière de proposer et de présenter l’information aux internautes. La réponse était toute simple : le Design plat, ou « Flat Design » dans la langue de Shakespeare.

Les appareils mobiles demandent à fournir de manière succincte une quantité d’informations pertinentes au moment approprié et au bon endroit. Le Design plat, inspiré du « Windows Phone », a répondu à ces attentes. Il s’agit d’un style de design qui, tout en ayant de grandes qualités esthétiques, minimalise la quantité d’informations disponibles tant du point de vue visuel que de celui de la quantité de données, espace restreint oblige. En conséquence, la ligne graphique se compose de traits simples, de couleurs à plat et d’un design largement épuré. Le Design plat a également un autre avantage caché puisqu’il diminue le temps d’intégration dans les projets étant donné qu’il y a moins de détails à traiter.

La personnalisation des communications : une croissance fulgurante

Le WAQ a clairement fait ressortir que la personnalisation des communications n’est plus une tendance, mais un domaine d’activité en forte croissance. C’est un fait accompli qu’on communique plus, de manière plus directe et individuelle et qu’on le fait de mieux en mieux.

Ainsi, le B2Me (Business to Me), ou commerce électronique orienté client, est l’un des outils de commercialisation qui fait preuve aujourd’hui d’une très grande efficacité en plus d’être rentable lorsqu’il est bien exploité.

Les nouvelles caractéristiques techniques des appareils mobiles ne cessent de nous surprendre. Elles se développent très rapidement, et les applications permettant de faire du commerce électronique à l’aide de ces caractérisques évoluent tout autant, ce qui ouvre la porte à des communications très ciblées et personnalisées avec votre clientèle potentielle. Si vous avez de l’intérêt pour le commerce électronique, nous vous invitons à communiquer avec nous afin d’analyser vos besoins et de vous proposer la solution qui répond le mieux à vos attentes.

La conception de sites Web adaptatifs

La conception de sites Web adaptatifs, ou « Responsive Web Design », est devenue aujourd’hui un incontournable. Le RWD met en commun différents principes et technologies permettant à l’utilisateur de pouvoir consulter un même site Web sur une large gamme d’appareils, que ce soit un moniteur d’ordinateur, un téléphone intelligent, une tablette, voire même un téléviseur.

En fait, cette nouvelle approche de travail mise sur la conception d’une seule et unique interface qui est auto-adaptable pour l’ensemble des appareils de diffusion Web. Par conséquent, cette façon de travailler favorise les économies d’échelle lors de la conception et de la maintenance des sites Web.

Les recherches sur le Web

Terminons cet article en soulignant l’importance de deux facteurs qui feront augmenter vos chances d’être trouvé sur le Web.

D’abord, l’utilisation des réseaux sociaux. Il est sûr qu’elle a un impact considérable sur la visibilité de votre site Web sur Google. Bien qu’elle puisse sembler complexe, elle mérite qu’on s’y arrête, puisqu’en bout de ligne le jeu en vaut vraiment la chandelle. Il est tout à fait possible de se retrouver avec un positionnement hautement acceptable sur Google ou tout autre moteur de recherche en utilisant judicieusement les médias sociaux, et nous pouvons vous accompagner dans ce travail.

En second lieu, les microdonnées HTML5 représentent un moyen simple et facile à mettre en place pour améliorer la performance des résultats des recherches sur le Web. Le HTML5 est un format de données qui aide les robots des moteurs de recherche à mieux comprendre le contenu des pages Web.

Voilà qui termine ce retour sur l’événement de l’année en rapport avec l’industrie du numérique à Québec.

hello-xpress_une

Exposer dans les foires commerciales, c’est rentable ?

Vianney Giguère
Par : Vianney Giguère, le 22 mars 2013

Pour plusieurs d’entre vous, le printemps et l’automne sont synonymes d’exposition dans les foires commerciales. Où, comment, pourquoi privilégiez-vous ce moyen de communication et de promotion ? Le savez-vous vraiment ?

Le budget consenti aux foires commerciales est généralement important par rapport aux autres éléments du mix-marketing. Location d’espace, production d’un stand ou mise à jour de l’affichage, promotion ainsi que frais de déplacements et de restauration sont au nombre des dépenses essentielles à engager pour optimiser votre participation à ce type d’événement. Avant d’y investir, il faut toutefois définir vos attentes afin de ne pas être déçu des résultats ou de gaspiller des milliers de dollars.

Où exposer ?

Essentiellement, vous pouvez exposer dans le cadre d’événements réunissant votre concurrence directe et indirecte, ou choisir un événement où votre clientèle s’y retrouve, sans toutefois être noyé à travers vos concurrents. L’événement accueille une dizaine d’exposants ou quelques centaines ? Il attire un maximum de clients actuels et potentiels des territoires de vente que vous visez, ou vous devrez investir dans plusieurs événements pour couvrir l’ensemble de votre clientèle ? Avant d’investir dans une présence à titre d’exposant, recueillez un maximum d’informations auprès du promoteur de l’événement. De plus, marchez-le… Observez la façon dont vos concurrents s’y présentent et le profil de la clientèle qui visite l’événement.

Il s’agit d’informations stratégiques à prendre en considération avant d’investir dans les outils et actions à mettre en place pour s’y présenter avec un maximum d’impact.

Comment s’y présenter ?

Quelle que soit l’envergure de l’événement, vous devez présenter votre entreprise sous son meilleur jour… Votre espace stand doit arborer l’identité visuelle de votre organisation, présenter votre produit ou service avec éloquence et rendre accessibles des représentants compétents. Pour optimiser cet investissement, assurez-vous de communiquer votre présence à cet événement à vos clients actuels et potentiels quelques semaines à l’avance. Relancez-les ensuite et tentez d’obtenir des rendez-vous. Il s’agit là du minimum à déployer pour obtenir des résultats.

Si votre organisation est peu connue ou si l’événement auquel vous participez compte des centaines d’exposants, vaut mieux y penser à deux fois avant de privilégier ce moyen. Pour que cette présence rapporte en notoriété, crédibilité, peut-être en ventes à court ou moyen terme, vous devrez déployer le grand jeu… Simulation ou essai du produit, présentation interactive, vidéo, concours et remise d’un objet promotionnel deviennent alors incontournables. Et l’espace, il devra être grand et son aménagement efficace représentera des coûts très importants. Pensez-y bien !

Évaluez la rentabilité de votre exposition.

Cette année, offrez-vous des moyens simples et tangibles d’évaluer la rentabilité de votre présence aux foires commerciales que vous avez privilégiées. Vous pourrez ainsi déterminer judicieusement si votre investissement est rentable. Cette petite évaluation vous permettra d’apporter de bonnes modifications à votre stand et à la stratégie qui entoure cet événement, pour 2013-2014. Il est possible aussi que cette évaluation « de base » vous amène à abandonner ce moyen de communication et de promotion pour en adopter un ou plusieurs autres, plus rentables.

Une méthode simple, mais trop souvent omise, c’est de vous assurer de pouvoir répondre en chiffres aux questions suivantes :

  • Combien de visiteurs ont discuté avec nos représentants présents dans le stand ?
  • Quel est le profil de ces visiteurs ? Nom et type d’entreprise représentée, fonction, âge, territoire d’opération, etc.
  • Combien de rendez-vous ont été obtenus en vue d’une rencontre après l’événement ?
  • Combien de soumissions ont été déposées à la suite de l’événement ? Montant total en dollars.
  • Plus d’achalandage sur notre site Web ?
  • Combien de demandes d’information ont été adressées à des représentants dans les deux semaines suivant l’événement ?

Avec ces quelques chiffres, consultez un expert en marketing de Novalux. Il pourra compléter avec vous cette évaluation et vous fournir des recommandations pour la prochaine année. Si la participation à des événements commerciaux est maintenue, il pourra vous indiquer les améliorations à apporter à votre stand et à votre stratégie. S’il juge que votre budget devrait être investi autrement pour obtenir plus de résultats, il vous indiquera sur quel moyen miser !

Nathalie Couture,
Stratège marketing

seduction

L’image corporative : une histoire de séduction

Yves Thibault
Par : Yves Thibault, le 7 février 2013

Votre image corporative traduit la manière dont vous souhaitez vous présenter auprès de vos clientèles cibles. Ces dernières s’intéresseront à votre entreprise et à vos produits et services si, dans un premier temps, vous réussissez à attirer leur attention et à les séduire par votre habillement et votre manière d’être. Si elles sont séduites, elles seront intéressées à engager la conversation avec vous. Elles pourront alors être conquises par votre offre et ensuite procéder à l’achat. De plus, si elles s’attachent suffisamment à vous, elles deviendront un fidèle porte-parole et vous présenteront à la famille, aux amis et aux collègues de travail. Cet exemple illustre bien le rôle que joue votre image corporative au tout début du processus de séduction de vos clientèles cibles. Si elles ne sont pas d’abord séduites, elles vous ignoreront.

Il est donc essentiel de connaître la perception actuelle de vos publics cibles à l’égard de votre entreprise et de vos produits et services. En fait, le développement de votre image corporative doit être construit en fonction de cette photo et de celle que vous souhaitez projeter à moyen et à long terme. C’est ici que le travail combiné du concepteur-rédacteur et du directeur artistique permettra de réduire les écarts constatés par l’analyse et le développement de l’image et de vous amener là où vous souhaitez être dans trois, six voire dix ans.

Votre identité corporative place au premier plan une image à partir de laquelle se forment les premières impressions de vos publics cibles. Cette image doit être positive, représentative, distinctive et rassembleuse. Vous devez toutefois réaliser que vous ne pourrez plaire à tout le monde. En revanche, vous devez séduire le pourcentage le plus élevé de personnes parmi vos publics cibles. Questionnez-vous à savoir quels sont les éléments qui favoriseront l’adhésion des gens à votre marque ? Une forte présence dans le milieu culturel régional, la couleur bourgogne, l’utilisation intensive des nouveaux cybermédias, votre association à une cause sociale ? Ces questions démontrent que les orientations prises pour le développement de votre image corporative vont au-delà des outils visuels et qu’elles influenceront vos choix de mise en marché à plusieurs niveaux.

L’image corporative est votre première carte de visite, un outil de vente avant la vente, qui doit favoriser le développement – et l’entretien – d’une attitude positive envers votre marque. Celle-ci est étroitement liée au positionnement de votre entreprise, à sa mission et à ses valeurs. Elle est responsable, en partie, de la rédaction de votre axe publicitaire qui définit et oriente ensuite toute votre création publicitaire. En effet, votre image corporative dirige toutes vos actions ainsi que le design et la conception de vos outils publicitaires : kiosque d’exposition, slogan publicitaire, publicités imprimées et audios, site Web et autres.

Votre image corporative doit également permettre à vos publics cibles de vous reconnaître intuitivement, d’un simple coup d’œil. À titre d’exemple, prenons la couleur vert lime si particulière à la compagnie québécoise de camionnage St-Germain Express inc. Sur l’autoroute, à bonne distance, la simple reconnaissance de cette couleur évoque le nom St-Germain Express chez une grande partie de ses publics cibles. C’est très efficace. Lorsqu’on réussit ce tour de force, le reste du message peut être plus facilement assimilé puisque aucun effort n’est mis à la reconnaissance du nom de l’annonceur. Il en va de même lorsque nous entendons la voix de l’annonceur maison d’Ameublements Tanguay. Même si vous ne regardez pas le téléviseur, le simple fait d’entendre cette voix vous indique qu’il s’agit d’une publicité de ce marchand. Puisque l’annonceur est très facilement identifiable, l’attention demandée va presque exclusivement à la compréhension du contenu du message; doublement efficace non ?

Votre image corporative ne doit transmettre qu’un seul message puisque cette façon de faire facilite son assimilation et sa rétention. Diffusez-la sur une période s’étalant de trois à quatre ans. Si l’écart entre votre image actuelle et souhaitée est trop grand, vous pouvez opter pour une évolution stratégique par étape et amener le consommateur là où vous le souhaitez après six ou sept ans. De manière générale, trois années permettront, avec une fréquence de diffusion suffisante et constante, d’arriver au taux de notoriété souhaité du message véhiculé par votre image corporative.

Développez votre image corporative avec un groupe formé d’un concepteur-rédacteur, d’un directeur artistique et d’infographistes et soyez-leur fidèle dans la réalisation de vos outils de communication dans le temps. Une complicité, une pensée stratégique et une ligne artistique s’installent. Évitez de travailler avec deux ou trois firmes de communication en même temps puisque cela dilue grandement l’efficacité et l’atteinte des objectifs souhaités.

Qu’on le veuille ou non, toute entreprise a une image corporative; même celles qui ne semblent pas en avoir. Toutefois, il faut savoir qu’une entreprise sans identité corporative peut difficilement développer un sentiment d’appartenance et un niveau de fidélité significatifs auprès de ses clientèles cibles. On s’associe à une marque pour une raison et on la recommande pour une raison. Aussi, à prix comparable, un client ayant un sentiment d’appartenance à votre marque vous restera fidèle plutôt que d’acheter une marque concurrente. Cependant, ce n’est pas parce que vous avez conquis une clientèle cible que celle-ci vous sera fidèle pour la vie. Votre image de marque peut être soumise à des pressions selon l’évolution du marché ou à la suite d’une nouvelle qui affecte une grande partie de vos publics cibles. Révisez-la ou changez-la, le cas échéant.

Si votre entreprise est de nature commerciale et que vous travaillez régulièrement avec la radio, n’hésitez surtout pas à produire une ritournelle publicitaire qui donnera elle aussi le ton et la couleur de votre image corporative à ses auditeurs.

Somme toute, l’image corporative est le point de départ de toute communication avec vos clientèles cibles. Elle est le début du processus de séduction, et la séduction fait vibrer les émotions. À ce stade, il est clair que le consommateur a développé une attitude positive envers votre marque, vos produits et vos services. Il a maintenant de l’intérêt pour votre offre. Suivra le désir d’en connaître davantage et, finalement, il passera à l’action… Attention ­ Intérêt ­ Désir ­ Achat.

Faits et statistiques sur les réseaux sociaux

Jimmy Lavoie
Par : Jimmy Lavoie, le 6 décembre 2012

Voici une infographie démontrant l’usage au quotidien des réseaux sociaux Facebook, Twitter, LinkedIn, YouTube, Blogging, Pinterest, Instagram et Google+ vue par le site Go-Globe.com.

Facebook

Contrôle de la confidentialité : 25% des utilisateurs ne se préoccupent d’aucun paramètre de contrôle de la confidentialité. Vous pouvez regarder et ajuster les « Paramètres de confidentialité » en allant dans le menu situé dans le coin supérieur droit de la page Facebook.

Syndrome de dépendance à Facebook : On dénombre 350 millions d’usagers qui souffrent du syndrome de dépendance à Facebook.

Nombre d’amis Facebook : Les usagers de Facebook ont en moyenne 130 amis.

Femmes : 85% des femmes sont agacées par leurs amis Facebook.

Sexe : Les liens sur le sexe sont partagés à 90%, soit plus que n’importe quel autre lien.

Twitter

Pays : Si Twitter était un pays, il serait le 12e plus grand dans le monde.

À tout moment : Il y a 750 gazouillis toutes les secondes.

LinkedIn

Dans le monde : Il y a 161 millions de membres présents dans 200 pays.

À tout moment : Il y a deux nouveaux membres toutes les secondes.

Groupes : Il y a un million de groupes LinkedIn.

YouTube

Record : La vidéo la plus regardée est celle de Gangnam Style avec 532 millions de pages vues. *Au moment d’écrire ce texte, le nombre de visionnements venait de passer à 897 364 573.

Tous les jours : Les usagers y passent en moyenne 15 minutes par jour.

Blogging

Âge : 60% des blogueurs ont entre 25 et 44 ans.

Tous les mois : Il y a 3 millions de nouveaux blogues mis en ligne tous les mois.

Multitâches : Les bloggueurs professionnels entretiennent en moyenne 4 blogues.

Assiduité : 20% des blogueurs écrivent des articles de blogues depuis plus de six ans.

Pinterest

Femmes : 97% des fans de la page Facebook de Pinterest sont des femmes.

Durée de la visite : Les utilisateurs passent en moyenne un peu moins de 16 minutes sur le site.

Âge : Le groupe d’âge le plus populaire est celui des 25-34 ans avec 27,4%.

Référencement (SEO) : Pinterest génère plus de trafic de référencement que Google+, LinkedIn et YouTube ensemble.

Instagram

À tout moment : 575 J’aime par seconde.

Quotidiennement : 5 millions d’images sont téléchargées chaque jour.

Photos : 25% des utilisateurs téléchargent plus de trois photos.

Google+

Quotidiennement : Le bouton Google+ est utilisé 5 milliards de fois par jour.

Tous les jours : 625 000 nouveaux utilisateurs chaque jour.

Occupation : La plupart des usagers de Google+ sont des étudiants.

Hommes : 2/3 des utilisateurs sont des hommes.

 

Axe-pub

L’axe publicitaire

Yves Thibault
Par : Yves Thibault, le 15 novembre 2012

Du point de vue créatif, la publicité est un monde très fascinant. Toutefois, loin des caméras et bien avant la diffusion des messages, le cheminement et la réflexion stratégique des penseurs et des créateurs sont incontournables afin de faire passer le bon message, celui-là même qui sera le plus profitable à votre organisation.

Cette réflexion passe, entre autres, par le choix de l’axe publicitaire. Ce choix est fait à partir d’un ensemble d’éléments qui sont à l’origine de ce que l’on va faire voir et entendre à nos différents publics cibles. « La détermination de l’axe publicitaire va vous empêcher de tourner en rond et vous sauvera beaucoup de temps et d’argent ! », disait Michel Laroche, professeur en création publicitaire à l’Université de Montréal, alors que j’y étudiais au début des années 80.

Argument publicitaire unique

L’axe publicitaire est l’argument publicitaire unique d’un produit ou d’un service, ou le USP (Unique Selling Point) comme on l’appelle dans la langue de Shakespeare. C’est la caractéristique-produit ou la motivation-clé qui vous distingue de vos compétiteurs au-delà de tout doute et qui provoque le désir d’achat. Le choix final de l’axe publicitaire oriente toute la création et aura pour conséquence de stimuler une motivation ou de réduire un frein d’achat.

1) Mise en situation

En premier lieu, il faut d’abord identifier chacun des produits et services des compétiteurs ainsi que les vôtres. Il faut ensuite sortir objectivement toutes les caractéristiques positives et négatives de chacun, toutes les motivations qui pourraient déclencher le désir d’achat et tous les freins qui pourraient inciter le consommateur à ne pas opter pour les produits ou services en question.

2) Positionnement

Une fois cette opération terminée, la seconde étape consiste à pointer les caractéristiques, les motivations et les freins, parmi tous ceux que vous avez soulevés, qui sont en mesure de vous positionner très avantageusement par rapport à vos compétiteurs.

3) Détermination de la caractéristique ou de la motivation maîtresse

Finalement, il faut identifier parmi l’ensemble des caractéristiques-produits ou des motivations-clés de l’étape précédente celle qui permettra au plus grand nombre de consommateurs potentiels d’opter pour votre produit ou service. Il faut souligner que les freins d’achats sont généralement utilisés à titre d’indicateurs de vos faiblesses vis-à-vis de votre compétition. Aussi, une faiblesse marquée chez votre compétiteur peut devenir un avantage indiscutable lors de la mise en marché de votre propre produit ou service.

La fin du processus s’exprime par l’axe publicitaire et se traduit par un mot ou une expression qui :

  • origine de l’analyse des avantages et des désavantages de vos produits et services et de ceux de vos compétiteurs ;
  • caractérise avantageusement votre produit ou service par rapport à vos compétiteurs;
  • oriente toute la création publicitaire qui s’ensuit, depuis le concept d’évocation du message jusqu’à la direction artistique, le slogan, la typographie, les images, les formats, la coloration, les design, les médias utilisés et plus encore.

L’exercice est relativement simple et il est très profitable lorsqu’il est fait avec rigueur. Il permet de faire ressortir clairement vos principales forces et faiblesses ainsi que celles de vos compétiteurs. Il permet également d’éviter de tourner en rond en procédant par essais-erreurs. Michel Laroche nous avait bien expliqué l’importance du choix du bon axe publicitaire. Plusieurs décennies plus tard et à la suite d’innombrables expérimentations, je peux affirmer sans l’ombre d’un doute qu’il avait bien raison.

Browsers

Chers internautes : SVP mettez à jour votre navigateur

Jimmy Lavoie
Par : Jimmy Lavoie, le 23 août 2012

Traduction par David Loubier

Achats en ligne. Réseaux sociaux. Courriel. Lecture. Cartes routières. Opérations bancaires. Recherche. Ce ne sont là que certaines des opérations les plus communes que les internautes font sur la Toile. Vous avez probablement fait une de ces choses récemment et, si vous êtes comme la majorité des gens, vous devez les faire chaque semaine ou même chaque jour.

Cet article s’adresse directement aux usagers du Web, pas spécifiquement aux programmeurs Web ou aux designers.

En tant qu’artisans du Web, nous voulons vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Dans les faits, nous passons chaque semaine des heures à discuter, rechercher et développer des standards et pratiques de haute qualité avec lesquels nous croyons pouvoir vous offrir une expérience Web toujours plus agréable.

Le navigateur Web que vous utilisez limite peut-être certaines possibilités. Lisez cet article et appliquez ces conseils, votre navigation sur le Web s’en trouvera améliorée.

 

Votre navigateur est trop vieux

Tous les utilisateurs du Web possédant un ordinateur se servent d’un navigateur Web, sans quoi il est impossible de voir ou d’interagir avec un site Web. Personnellement, quel navigateur utilisez-vous pour accéder à Facebook ou YouTube ? Les chances sont bonnes pour que vous cliquiez toujours automatiquement sur l’icône présentant un gros «e» bleu…

Ce «e» bleu n’est pas un raccourci vers l’Internet ou un programme Internet. C’est un raccourci vers un navigateur Web développé par Microsoft appelé Internet Explorer. Au cours des 17 dernières années, ce navigateur a été l’un des plus populaires. À un certain moment, c’était sans contredit le meilleur que vous puissiez utiliser. Mais ce n’est désormais plus le cas.

Internet Explorer (IE) en est maintenant à la version 9, la version 10 devant voir le jour officiellement quelque part d’ici la fin de l’année. Cependant, la majorité des utilisateurs d’Internet Explorer n’utilisent pas la version 9… Ceux-ci se servent encore des versions moins stables, moins sécuritaires, lentes de IE (version 8 ou plus vieille).

La vérité, c’est que même la version IE9 (qui malgré le fait qu’elle soit une grande amélioration des versions précédentes) n’est pas aussi à jour que les autres navigateurs. Donc, peu importe la version d’Internet Explorer que vous utilisiez, nous vous suggérons fortement d’installer un autre navigateur.

Pour vous aider, nous vous présentons quelques options à considérer. Mais avant d’introduire ces options, voici quelques raisons qui font que les navigateurs comme IE7 ou IE8 sont inefficaces.

 

Quel est le problème avec les vieux navigateurs Web ?

La sécurité

Les navigateurs comme Internet Explorer versions 6, 7 et 8 sont moins stables et beaucoup plus vulnérables aux virus, logiciels espions, logiciels malveillants et autres problèmes de sécurité. C’est une raison majeure de mettre à jour leur navigateur, spécialement pour les internautes qui font des achats en ligne. La sécurité à elle seule constitue une excellente raison de mettre son navigateur à jour. Mais il y a beaucoup plus.

Les anciens navigateurs sont lents et moins stables

Les vieux navigateurs sont très lents. Chaque page qui s’affiche dans une fenêtre effectue une grande quantité de tâches diverses. Une de celles-ci consiste au traitement de différents fichiers : images, scripts et autres ressources qui améliorent le look et la fonctionnalité des sites Web. Les vieux navigateurs n’exécutent pas ces tâches avec la même rapidité que les nouveaux. Cela ralentit considérablement votre navigation Web et peut souvent faire «geler» votre écran ou «boguer» votre navigateur.

Plusieurs sites ne peuvent être affichés dans les anciens navigateurs

Un autre problème vient du fait que les anciennes versions de certains navigateurs ont des capacités d’affichage limitées, alors que les nouveaux navigateurs supportent les nouvelles technologies Web comme le Javascript, le HTML5 ou le CSS3. Ces technologies servent aujourd’hui de fondation à plusieurs sites Web, ce qui n’est pas le cas avec plusieurs anciennes versions de navigateurs Web qui limitent grandement votre navigation. Par exemple, sur cette page dans la version IE8, plusieurs éléments graphiques ne s’afficheront pas et certains textes seront aussi mal affichés.

La même page dans Google Chrome ou Mozilla Firefox

 

Les nouveaux Navigateurs Web : vos options

Maintenant que nous comprenons pourquoi il est recommandé de mettre à jour nos navigateurs Web, regardons de plus près les différentes options. Notez que changer de navigateur est totalement gratuit et ne prendra que quelques minutes.

 

Google Chrome

En mai 2012, Google Chrome est devenu (toutes versions confondues) le navigateur le plus populaire au monde. Chrome a été lancé en 2008 et avait déjà de nombreux avantages face à Internet Explorer 8.

Mozilla Firefox

Mozilla Firefox est un des principaux compétiteurs de Microsoft Internet Explorer depuis le milieu des années 2000. Malgré le fait que Google Chrome soit devenu plus populaire récemment, Firefox est un super navigateur Web performant et stable présentant plusieurs avantages face aux différentes versions d’Internet Explorer.

Opera

Comparativement à Chrome et Firefox, Opera n’est pas énormément utilisé mais existe depuis le milieu des années 90. Opera a toujours été à la fine pointe de l’innovation dans les navigateurs Web et supporte la majorité des nouvelles technologies qui font un Web plus rapide et plus riche.

Safari

Safari est le navigateur communément utilisé dans les iPhone ou iPad. Safari ressemble beaucoup à Google Chrome et a été lancé en 2003.

Pourquoi les nouveaux navigateurs sont-ils meilleurs ?

Les navigateurs de cette liste présentent de nombreux avantages incluant :

  • Moins d’écrans «gelés» ou d’ordinateurs «bogués».
  • Beaucoup plus sécuritaires contre les virus, logiciels espions et malveillants et le piratage.
  • Beaucoup plus rapides.
  • Espace d’affichage des pages plus grand.
  • Grande variété d’options, d’ajouts qui augmentent la qualité de l’expérience Web.
  • Contrairement à IE9 et IE10, ils peuvent être installés sur Windows XP.
  • Mise à jour automatique à la version la plus récente.

 

Mise à jour automatique

Tel que mentionné dans les avantages, la mise à jour automatique est une bonne chose. Quand votre navigateur est à jour, vous avez un bon nombre d’avantages supplémentaires à ceux déjà mentionnés.

Ainsi, rarement vous arriverez sur un site qui dira «votre navigateur ne peut afficher la page correctement». Si des lacunes dans la sécurité sont présentes, elles seront automatiquement réparées. Chaque fois qu’une mise à jour est effectuée, votre navigateur devient plus rapide, ce qui veut dire moins de temps à attendre après une page.

Les vieux navigateurs comme IE7 ou IE8 ne se mettent pas automatiquement à jour. Votre expérience sur le Web deviendra donc plus lente et moins sécuritaire au fil du temps.

 

Conclusion

Il y a d’innombrables raisons de mettre votre navigateur à jour et de commencer à en utiliser un à la fine pointe des technologies Web. Alors, faites-nous confiance lorsqu’on vous dit que votre expérience sur le Web sera grandement améliorée si vous suivez nos conseils.

Peu importe ce que vous faites sur le Web, lire des courriels, magasiner, faire des opérations bancaires, etc., un nouveau navigateur vous permettra une expérience sécuritaire, plus rapide et visuellement plus intéressante.

 

Traduction avec la permission de l’auteur de Dear Web User : «Please Upgrade Your Browser» par Louis Lazaris.

 

 

article_preview

Lobe.ca : 500 pages, 60 sections, 2 langues… et WordPress sous le capot!

Jimmy Lavoie
Par : Jimmy Lavoie, le 13 mars 2012

Novalux met en ligne plus qu’un site Web! En effet, c’est la naissance d’un véritable portail informatif et interactif exclusivement dédié au domaine de la santé auditive, du langage et de la parole (lobe.ca).

Voyez le site en détail dans la section Réalisations.

 

Alimenté en continu par divers collaborateurs, vous y retrouvez des articles sur des sujets variés tels que la santé, les ressources offertes aux personnes aînées, les faits d’actualité, et plus encore. À sa mise en ligne, le site comptait plus de 500 pages!

Et ce n’est pas tout! Le client, qui mijotait ce projet depuis quelques années déjà, prend aussi le virage des médias sociaux. En plus d’informer, c’est aussi une belle manière de donner la parole à la population et de répondre à son intérêt grandissant pour ces nouveaux outils de communication.

Vous pouvez ainsi échanger en temps réel sur les médias sociaux tels que Facebook et Twitter et avoir la possibilité de partager vos commentaires et vos expériences!

Une plateforme efficace.

La plateforme WordPress a été choisie pour sa qualité, sa fiabilité et sa pérennité, car elle est la plateforme CMS (Système de gestion de contenu) la plus répandue au monde. Elle offre aussi une grande communauté de développeurs qui nous ont permis d’ajouter à moindre coût plusieurs fonctionnalités qui auraient pu être très coûteuses à développer telles que:

  • la gestion multi-langues;
  • la gestion multi-auteurs;
  • une extension permettant de trouver les cliniques par code postal et offrant un plan Google Maps automatique;
  • un outil de commentaire permettant d’accéder aux comptes Facebook et Twitter de l’usager;
  • la gestion de Google Analytics automatique;
  • la gestion des vidéos en format «FLV»;
  • Etc.

En tout, plus de 30 extensions ont été ajoutées au coeur de WordPress, la plupart étant gratuites et les autres à des coûts négligeables. Ne restait plus qu’à les adapter aux besoins spécifiques du client.

Voyez le site en détail dans la section Réalisations.

Les complices de ce projet:

Véronique Labbé, design et intégration

Jimmy Lavoie, analyse et programmation

Michelle Lambert, design, intégration et programmation

Sans oublier la précieuse collaboration de Sabrina et Martin chez Lobe Santé auditive et communication.

Pour plus d’information ou pour une soumission, contactez Vianney Giguère.

Wordpress

Attention aux systèmes de gestion de contenu maison !

Jimmy Lavoie
Par : Jimmy Lavoie, le 14 janvier 2012

Il est toujours impressionnant d’entendre quelqu’un dire : «J’ai fait mon propre CMS!» En effet, réaliser un CMS est un travail ardu, complexe et de longue haleine… Mais, mis à part le fait de passer pour un programmeur téméraire, existe-t-il un avantage à avoir un CMS maison?

La réponse est NON!

Le principe est fort simple : Les CMS tels que WordPress, Joomla ou Drupal sont conçus pour être adaptés à la majorité des besoins Web, autant pour leur structure que pour les plug-ins que l’on peut développer. Ce qui veut dire que, lorsque le programmeur aura terminé de perfectionner son CMS maison, il se rapprochera peut-être de la qualité d’un WordPress ou d’un Drupal.

Mais, si on considère qu’ils sont des centaines à travailler à plein temps sur ces plateformes depuis des années, combien de temps faudra-t-il à notre programmeur téméraire avant qu’il ne parvienne à un produit aussi fiable?

Et ça ne s’arrête pas là…

Parlons de la communauté… de ces milliers de personnes qui proposent des plug-ins, des améliorations, et qui répondent aux questions pour ces plateformes, etc.

Est-ce que votre site Web a vraiment besoin d’être «sur mesure»?

Les CMS les plus populaires :

WordPress

Drupal

Joomla

Faisons une analogie…

Vous construisez une maison «sur mesure» et vous installez une porte d’entrée ronde.

Votre maison est vraiment belle et impressionnante! Puis, arrive un jour où vous avez besoin d’un lave-vaisselle. Bonne nouvelle, vous pouvez en avoir un gratuitement! Cependant, il n’y a aucun modèle de lave-vaisselle qui passe par votre porte ronde.

Je vous pose la question: ce jour-là, choisirez-vous de vous faire construire un lave-vaisselle «sur mesure» ou choisirez-vous de continuer de laver la vaisselle à la main?

À mon avis, les raisons pourquoi une agence vous proposera un CMS sur mesure sont:

  • Attacher le client pour qu’il ne puisse plus partir de l’endroit où il fait construire son site Web à moins de le refaire en entier.
  • Pouvoir facturer de multiples suppléments pour des fonctionnalités simples (un plug-in coûtant 50,00$ pour des CMS standards pourrait facilement prendre des semaines à développer pour des CMS «sur mesure»).

Il faut aussi savoir que la décision d’une entreprise de développer un tel produit vient souvent d’un programmeur qui n’a pas le courage d’apprendre une structure complexe comme WordPress ou Drupal et qui se dit : «Je vais savoir comment il est fait puisque c’est moi qui l’aurai fait. De plus, j’aurai tout le mérite. Après tout… je suis payé à l’heure, autant m’amuser!»

La roue est déjà inventée… il suffit maintenant de savoir s’en servir!